street art Melbourne
Melbourne

Les meilleurs spots de street art de Melbourne

Paris a sa Tour Eiffel, Sydney, son opéra et Melbourne… ses murs recouverts de  graffs ! Considérée, à juste titre, comme l’une des capitales mondiales du street art, Melbourne compte de nombreuses œuvres d’art disséminées dans ses « lanes », ces ruelles étroites qui ne paient pas de mine. Suivez le guide !

Mes premiers graffs ? C’est en compagnie de Wayne, un jeune retraité proposant des visites guidées (gratuites !) de Melbourne, que je les ai admirés. Grâce au « Greeter Service Tour », proposé par l’office de tourisme de Melbourne, je n’ai eu qu’à suivre Wayne qui m’a emmenée sur les principaux spots de street art. Fin connaisseur de la ville, il m’a également accompagnée vers des lieux un peu moins connus, abritant des œuvres toujours aussi spectaculaires.

La visite guidée ayant une durée limitée, j’ai retenu la localisation des principaux spots visités avec Wayne et j’y suis retournée seule, histoire de pouvoir prendre un maximum de photos sans me presser. Mais ça n’a pas été une mince affaire ! Les « lanes » les plus connues sont, la plupart du temps, envahies de touristes munis de perches à selfie. Et il n’est pas facile de se frayer un passage pour prendre une photo. Mieux vaut donc se rendre sur les lieux les plus courus en début de matinée ou en fin de journée.

Melbourne, capitale mondiale du street art !

En me promenant dans Federation Square, j’ai rencontré une employée de l’office de tourisme de Melbourne qui m’a fourni une carte détaillée des endroits où admirer des œuvres de street art. Munie de ma petite carte, je me suis lancée dans une chasse au « mural » (Ce sont des œuvres recouvrant entièrement un mur. Il peut s’agir de graffs réalisés dans un cadre officiel puisque les artistes sont payés pour les réaliser). Une activité qui m’a absorbée puisque j’y ai consacré une bonne après-midi. Une façon originale de découvrir la ville et de se perdre dans des endroits improbables !

Voici les spots à ne pas manquer (je les ai classés par ordre de préférence, un choix totalement subjectif, donc) :

1. Snider Lane

Mon « spot » préféré ! Pas parce que je suis une fan inconditionnelle de Kim Kardashian ou d’Emily Ratajkowski… Mais parce que je l’ai découvert par le plus grand des hasards. Je sirote tranquillement une boisson dans un Starbucks de Melbourne. Je jette un œil par la fenêtre et que vois-je ? Ce « mural » dans la ruelle située juste en face ! Cette œuvre du graffeur Lushsux avait fait le buzz lors de son apparition, au cœur du CBD de Melbourne, en 2016. Une éternité car aujourd’hui, Snider Lane n’attire plus les foules. Et il est facile de passer à côté de cette œuvre dissimulée tout au fond de cette ruelle déserte, envahie par les bennes à ordures et les vélos d’une entreprise de livraison.

street art Snider Lane
Le "mural" représentant Kim Kardashian et Emily Ratajkowski avait fait le buzz... en 2016 !

2. Duckboard Place

Ne vous arrêtez pas à AC/DC Lane ! En poursuivant sa route, on accède à une place bien connue des amateurs de street art : Duckboard Place. Pourtant, lors de mon séjour à Melbourne, j’ai eu l’impression que la plupart des touristes présents dans AC/DC Lane (et ils étaient nombreux) ne se rendaient pas à Duckboard Place.

On ne peut pas passer à côté des œuvres les plus célèbres de ce spot : un homme portant un arbre déraciné (j’ai lu quelque part qu’il s’agissait d’une référence à l’immigration), un hommage grandeur nature à Melbourne, mêlant nom de la ville et fleurs, ainsi qu’un graff représentant… un cochon !

Mais ce sont des œuvres moins imposantes qui ont, au final, retenu mon attention. Un collage de la reine d’Angleterre affublée d’un skate, réalisé par Kambeeno. Et mon chouchou : un collage représentant un petit garçon dessinant à la craie. Une œuvres réalisée par la talentueuse n2o_jo.

J’ai trouvé ce collage vraiment touchant. n2o_jo a su retranscrire les émotions de cet enfant, absorbé par son dessin. L’artiste reproduit un moment capturé sur le vif, donnant l’impression que son petit modèle s’apprête à prendre vie sous nos yeux. Après avoir été sur Instagram pour voir d’autres œuvres de n2o_jo, j’y ai fait de belles découvertes : des œuvres mettant en scène des enfants, mêlant innocence, onirisme et poésie.

street art Duckboard Place
Funky Queen !
street art Melbourne
L'un des "murals" les plus connus de Melbourne.
street art Melbourne
Le petit modèle de l'artiste n2o_jo semble prêt à prendre vie.

3. Presgrave Place

La palme de l’originalité ! C’est la technique du « framing » qui a fait la réputation de Presgrave Place. Ici, les œuvres n’ornent pas les murs car elles sont présentées dans des cadres. Et l’ensemble est étonnant ! Il faut voir cette multitude de cadres disparates rivés aux murs de brique de Presgrave Place. Une sorte de chaos harmonieux où s’entrechoquent les styles et les techniques. Ici aussi, aucune horde de touristes en vue !

street art Melbourne
La technique du "framing" fait l'originalité de Presgrave Place.

4. AC/DC Lane

La « lane » la plus rock ! Mais on n’en attendait pas moins de cette ruelle qui porte le nom du célèbre groupe de hard rock australien, originaire de Sydney. Les graffs d’AC/DC lane ont un petit côté rebelle qui lui permettent de se différencier des autres spots de street art de Melbourne.

Un portrait de Malcolm Young d’AC/DC côtoie Cendrillon et Blanche-Neige s’embrassant goulûment. De part et d’autre de la ruelle, on peut apercevoir un super-héros baptisé « Démon intérieur », un poing vengeur dressé vers le ciel ou des références au célèbre « Tongue and Lips » des Rolling Stones.Tout en haut d’un mur, un discret pochoir « I love Melbourne » vient apporter un peu de douceur au tout.

street art Melbourne
La "lane" la plus rock de Melbourne !
street art Melbourne
AC/DC Lane porte le nom du célèbre groupe de hard rock, originaire de Sydney.

5. Hosier Lane

Sans doute le spot le plus connu. Difficile donc d’échapper à la masse de touristes qui semblent présents de manière quasi-continue. Malgré tout, Hosier Lane est un incontournable en matière de street art. On y trouve l’une des plus belles œuvres de Melbourne : elle représente un jeune garçon aborigène au regard magnétique.

Ce « mural » surplombe le magasin « Culture Kings », spécialisé dans la culture streetwear. Les façades du magasin sont, elles, ornées de « murals » impressionnants célébrant des sportifs ou des artistes issus de la scène rap ou hip-hop. Lors de mon séjour, Ben Simmons, le basketteur australien, et Juice WRLD, un rappeur américain avaient les honneurs de l’enseigne. Hommage aux aborigènes vs célébration de la culture mainstream. Un contraste qui laisse songeur…

street art Melbourne
Hommage aux aborigènes vs culture mainstream : un contraste qui laisse songeur...
street art Hosier Lane
Une photo d'Hosier Lane sans l'ombre d'un touriste muni d'une perche à selfie : un exploit !

6. Fitzroy

Le quartier branché de Melbourne. Un peu l’équivalent de Newtown, à Sydney, également connu pour ses œuvres de street art. J’y suis passée rapidement et je le regrette un peu. Beaucoup de « murals » valent le détour et justifient qu’on s’attarde dans le secteur.

street art Fitzroy
Fitzroy, le quartier branché de Melbourne, est réputé pour son street art.
street art Melbourne
Les "murals" de Fitzroy valent le coup d'explorer le secteur.

7. Rankins Lane

Un superbe « mural » qui célèbre l’Australie.

street art Melbourne
Ce "mural" de Rankins Lane célèbre la culture et la nature australiennes.

8. Union Lane

Rien de vraiment transcendant, selon moi. La particularité de ce spot réside surtout dans l’étroitesse d’Union Lane qui donne une perspective intéressante aux murs remplis de graffs.

street art Union Lane
L'étroitesse d'Union Lane donne un relief particulier aux graffs.

Il est aussi possible de partir à la recherche des « murals » de Melbourne, le nez au vent, sans plan ni carte. Cheminer dans une impasse un peu glauque et tomber sur des graffitis qui vous laissent pantois. Un petit plaisir auquel on s’habitue   rapidement !

Mais gare à la déception quand une « lane » se révèle finalement vierge de toute forme de street art… Pour autant, il vaut quand même la peine d’y refaire un tour quelques jours plus tard. Car c’est toute la beauté du street art : un art éphémère qui peut surgir soudainement là où l’on ne l’attend pas !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.