illuminations lanternes fête de la mer Odaiba
Tokyo

Le jour de la mer à Odaiba

Des centaines de lanternes illuminant la plage, au coucher du soleil. C’est l’image, féerique, qui s’impose à moi lorsque je repense au jour de la mer à Odaiba. Pourtant, il s’en est fallu de peu que je passe totalement à côté de cette célébration…

Tout a commencé par une histoire de… pastèque ! En rentrant dans ma chambre d’hôtel tokyoïte après une journée de visites, je vois une note posée sur mon lit. Le personnel de l’établissement m’indique qu’en raison de la célébration du jour de la mer, une dégustation de pastèque sera organisée le lendemain après-midi.

Cette gentille attention me laisse un peu circonspecte quant au lien, pas forcément évident, entre la pastèque et la mer. Il est vrai que la pastèque est un fruit gorgé d’eau et que, sa déclinaison carrée (oui, il existe des pastèques carrées au Japon), est considérée comme un cadeau de luxe dans l’archipel. Mais il me semble qu’une dégustation de fruits de mer, de poisson ou de sushis aurait été plus adéquate !

illuminations lanternes fête de la mer Odaiba
Touristes et Japonais viennent admirer les lanternes pour la fête de la mer, à Odaiba.

Perdue dans mes considérations culinaires, je décide de me renseigner sur le jour de la mer pour voir s’il n’existe pas des événements plus excitants qu’une… dégustation de pastèque. J’apprends que le jour de la mer, appelé « Umi no hi », est célébré le troisième lundi de juillet et qu’il s’agit d’un jour férié.

Durant cette journée, de nombreux Japonais se rendent à la plage ou profitent d’activités organisées pour l’occasion : compétition de sports nautiques, animations dans les aquariums… Après avoir vu des photos des lanternes illuminées sur la plage, je décide que je passerai le jour de la mer à Odaiba !

Réplique statue de la liberté
La petite sœur nippone de la Statue de la Liberté !

Un métro aux allures d’attraction

Pour se rendre à Odaiba, je fais comme la plupart des touristes et je grimpe dans le métro automatique, à Shimbashi. Je réussi à monter dans le premier wagon, le plus prisé, parce qu’il comporte une énorme vitre à l’avant permettant de prendre de superbes photos (en théorie). C’est la cohue pour se placer pile devant la vitre et, comme je n’ai pas envie de me bagarrer avec les autres vacanciers et que je suis une fille bien élevée, je m’assois sur un siège et tente de prendre quelques photos.

Comme mes clichés sont tous flous, je me ravise rapidement et finis par profiter du spectacle sans le prisme du téléphone portable ou de l’appareil photo. Comme je l’avais lu dans mon guide touristique, prendre le métro pour se rendre à Odaiba, c’est une attraction en soi. Le circuit fait penser à des mini-montagnes russes et la vue sur la baie de Tokyo est vraiment top !

Rainbow Bridge Odaiba
A la nuit tombée, la vue sur le Rainbow Bridge est magnifique.

Rainbow Bridge et fausse Statue de la Liberté

Une fois arrivée à destination, je ne peux que constater le contraste saisissant entre la modernité de l’île artificielle et l’atmosphère traditionnelle d’Asakusa, où se trouve mon hôtel. Les gratte-ciel et les bâtiments futuristes sont légion et l’île semble être placée sous le signe du clinquant. Je rejoins tranquillement la plage en marchant sur le front de mer. Au passage, je prends quelques photos du Rainbow Bridge et de la (fausse) Statue de la Liberté. Lorsque j’arrive sur la plage, il y a foule. Des touristes mais aussi de nombreux Japonais attendent le début des illuminations. Des bénévoles s’activent pour que tout soit prêt avant la tombée de la nuit. Mais il reste beaucoup à faire !

Je vois des enfants proposer leur aide, suivis par des adultes. Je me lance à mon tour et je profite de ce moment partagé avec des Japonais. Jusqu’à présent, je dois reconnaître que j’ai eu du mal à échanger avec des locaux. La réserve des Japonais n’est pas un mythe ! Et la barrière de la langue n’arrange, bien évidemment, pas beaucoup les choses. Placer des bougies dans chaque lanterne, les allumer… Nous nous entraidons dans une ambiance bon enfant et j’apprécie ce travail d’équipe. Les bénévoles me sourient et me remercient et j’ai l’impression qu’une certaine forme de complicité s’est nouée entre nous. La nuit tombe petit à petit sur Odaiba. Nous nous arrêtons pour admirer le coucher du soleil. Les lanternes illuminées brillent dans la nuit et le Rainbow Bridge scintille au loin…

Les sandwichs hawaïens de Kua ‘Aina

Envie d’un peu d’exotisme ? Direction Kua ‘Aina, une chaîne de restauration rapide hawaïenne. Spécialisé dans les hamburgers et les sandwichs, le premier restaurant Kua ‘Aina a ouvert ses portes en 1975. L’une des franchises de l’enseigne est située à Odaiba, dans le complexe Aqua City. Musique hawaïenne, serveurs en chemise tropicale, collier fleuri autour du cou… Une fois l’entrée franchie, c’est le dépaysement assuré ! Les spécialités ? Hamburger à l’ananas ou à l’avocat, sandwich au poulet grillé mariné… Bon, la nourriture n’a rien de transcendant et l’ensemble fait un peu kitsch mais j’ai trouvé l’expérience marrante et j’ai pu déguster mon sandwich en ayant une vue imprenable sur la baie de Tokyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.