Pavillon Bentendo
Kyoto

Daigo-ji, le temple oublié de Kyoto

Sans aucun doute, l’un de mes coups de cœurs, à Kyoto. Le temple Daigo-ji est pourtant bien moins couru que le sanctuaire Fushimi-Inari et ses 10 000 torii ou que le temple Kinkaku-ji, plus connu sous le nom de Pavillon d’or. Offrant de superbes panoramas, alliant nature luxuriante et bâtiments historiques, le temple Daigo-ji mérite amplement une visite.

L’image d’un pont vermillon qui mène à un petit pavillon, dissimulé par les feuillages… C’est l’image que je retiendrai de ma visite au temple Daigo-ji, situé dans la banlieue de Kyoto. C’est aussi l’image, aperçue sur un blog, qui m’a donné envie de me rendre dans ce lieu de culte bouddhiste.

Car le temple Daigo-ji ne faisait pas partie des incontournables repérés dans mon guide de voyage. C’est d’ailleurs en cherchant des informations sur le sanctuaire Fushimi-Inari, bien plus célèbre grâce à ses milliers de torii, que je suis tombée sur cette photo du petit pavillon orange, perché au-dessus d’un étang.

J’ai été impressionnée par la beauté des lieux et j’ai donc décidé de rajouter le temple Daigo-ji à ma liste de sites à visiter lors de mon séjour à Kyoto.

temple Daigo-ji
La construction du temple Daigo-ji a débuté en 874.

Une visite quasiment en solitaire

J’arrive au temple en fin de journée, un peu plus d’une heure avant sa fermeture. Avantage : il n’y a quasiment personne sur place et la majeure partie de ma visite se déroule en solitaire.
Je parcours l’immense site au pas de course, déterminée à rentabiliser au maximum mon temps avant la fermeture des lieux. Puis finalement, je ralentis mon rythme qui s’accorde difficilement à l’atmosphère du site.
La quiétude du temple bouddhiste m’envahit. Car c’est ce qui différencie le temple Daigo-ji de la plupart des autres lieux de culte que j’ai pu visiter. La tranquillité, le silence… mais aussi un cadre naturel magnifique puisque le temple est situé au pied de la montagne Daigo-san.
nature temple Daigo-ji
Le temple Daigo-ji est situé au pied de la montagne Daigo-san, dans un cadre naturel magnifique.

Inscrit au patrimoine mondial de l’humanité

Parcourir les allées du temple Daigo-ji, c’est ressentir un véritable dépaysement, à quelques stations de métro de la vibrante Kyoto. Prendre le temps de regarder le vent jouer avec les branches des arbres, admirer les bâtiments de bois brut qui font partie de l’histoire de Kyoto… Et prendre conscience de sa petitesse, en se rappelant que ces édifices ont su traverser les siècles.

Une longévité qui justifie le classement du temple Daigo-ji au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, en 1994. Ainsi, la pagode à cinq étages, Goju-no-to, est aujourd’hui le plus ancien bâtiment de Kyoto. Achevée en 951, elle a survécu à plusieurs incendies et à la guerre d’Onin, au XVième siècle. En dehors de la pagode, le temple abrite une dizaine de bâtiments ou d’œuvres considérés comme des trésors nationaux.

Pagode Goju-no-to
La pagode Goju-no-to est le plus ancien bâtiment de Kyoto.

Mais c’est bien devant le pavillon Bentendo, dont les photos m’avaient frappée, que je m’émerveille. Le contraste entre le rouge du pavillon et le vert du feuillage, ce petit pont de bois qui surplombe l’étang…

Je reste de longues minutes devant ce décor, semblable à un tableau. Un moment d’autant plus précieux que je suis la seule à me délecter de la vue.

Pavillon Bentendo temple Daigo-ji
Le contraste entre le vert du feuillage et le vermillon du pavillon Bentendo est saisissant.

Pourtant, l’heure de la fermeture du site approche et il me faut partir, à regrets… Si me rendre un peu tard au temple Daigo-ji m’a permis de profiter du site quasiment seule, je suis un peu déçue de ne pas avoir eu le temps d’en faire le tour.

En visitant le site internet du temple, je me suis aperçue que j’avais manqué l’occasion de découvrir plusieurs bâtiments, œuvres ou musées qui, je pense, m’auraient beaucoup plu. Un prétexte à une seconde visite ?

temple Daigo-ji Kyoto
Le temple Daigo-ji n'attire pas les foules, qui lui préfèrent le Pavillon d'or ou le sanctuaire Fushimi-Inari.

Côté pratique

Pour se rendre au temple Daigo-ji, il est possible de prendre le métro. Il faut s’arrêter à la station « Daigo », sur la ligne « Tozai ». Il faudra traverser une zone résidentielle, en marchant une dizaine de minutes, avant d’accéder au lieu de culte. Des panneaux indiquent le trajet.
En revanche, je me suis perdue au retour, en voulant rejoindre la station de métro. Je me suis retrouvée à errer dans des lotissements, en fin de journée. J’ai finalement pu retrouver mon chemin grâce à l’aide d’habitants qui m’ont guidée, fort gentiment. Google Maps n’est donc pas un luxe pour se repérer dans le secteur !

Concernant les tarifs, comptez, pour les adultes, 800 yens pour découvrir l’ensemble du site. L’entrée passe à 1500 yens durant le printemps ou l’automne, saisons où le temple est au summum de sa photogénie !

Le site est ouvert de 9h à 17h, tous les jours, mais ferme à 16h30, en hiver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.