À propos

Je n’ai rien d’une aventurière ! Cela peut surprendre mais c’est pourtant ce qui m’a donné envie de créer ce blog voyage. Parce que, oui, on peut avoir 30 ans, être plutôt réservée et avoir envie de partir, seule, à l’autre bout du monde.

Je m’appelle Cynthia, j’ai 31 ans et, comme je le disais plus haut, je ne suis pas une baroudeuse née. Pourtant, l’envie de voyager, de découvrir d’autres cultures, d’autres paysages, d’autres modes de vie m’a toujours animée. Je me souviens de ma passion pour les guides de voyage, que j’adorais feuilleter en m’imaginant en train d’explorer des pays étrangers. Sans oublier les fins d’après-midi passées devant mon émission fétiche : « J’irai dormir chez vous », sur les traces d’Antoine de Maximy (mon idole !).

Des voyages organisés…
 

Un peu angoissée à l’idée de partir toute seule, j’ai d’abord participé à des voyages organisés (Thaïlande, Afrique du Sud). Ces deux séjours m’ont permis de faire de belles rencontres. Mais la formule ne m’a pas totalement convaincue. L’emploi du temps imposé (aaaah, les pauses pipi collectives et les loooongues visites de bijouterie et autres ateliers de peinture sur soie), les trajets en bus interminables, doublés de moments WTF (le couple voulant à tout prix acheter un jean Levi’s en plein safari dans une réserve sud-africaine)… Il était temps pour moi de voler de mes propres ailes !

… Aux aventures en solo !
 

Pour être tout à fait honnête, j’ai d’abord procédé par étapes. Je me suis envolée pour Montréal où j’ai rejoint une amie rencontrée à l’université. J’ai passé quelques jours, seule, à Québec, puis à Ottawa. L’année d’après, destination New-York entre filles. Alors que les copines rentrent sur Montréal, je grimpe dans un bus direction Boston.

Quelques années plus tard, je me lance ! Ma valise et moi partons pour 3 semaines au Japon. Je pars, avec pas mal de doutes et une bonne dose de stress, en espérant pouvoir me débrouiller dans un pays dont je ne maîtrise absolument pas la langue et où je ne connais personne. Au retour, j’ai l’impression d’avoir gagné en confiance en moi et je ne suis pas peu fière de mon « petit exploit personnel ». Je n’ai plus qu’une envie : repartir !