geishas
Voyager seul(e)

5 astuces pour faire des rencontres quand on voyage seul

« Celui qui n’a jamais été seul, au moins une fois dans sa vie, peut-il seulement aimer ? Peut-il aimer jamais ? ». N’en déplaise à Garou (chacun ses références !), personne n’a vraiment envie de passer ses 3 semaines de vacances sans un minimum de compagnie !

Entendons-nous bien, voyager seul, c’est extrêmement libérateur. Se réveiller à 10h tous les jours parce qu’on n’est pas du matin ? Possible ! Passer 3 heures dans un musée québecois pour arpenter une exposition sur l’Égypte  ancienne ? Fait ! Pour autant, je ne suis pas complètement asociale et je cherche toujours à faire de nouvelles rencontres lors de mes voyages. Voici cinq astuces qui vous permettront de rencontrer du monde lors de vos prochaines vacances :

« Dormir en auberge de jeunesse ou en Bed & Breakfast

Choisir son logement, c’est important ! Car oui, certains types de logements sont plus propices aux rencontres que d’autres. Le meilleur plan ? Les auberges de jeunesse ! Si vous avez plus de 18 ans, pas d’inquiétude ! La plupart des auberges de jeunesse brasse une clientèle variée. Lors de mon séjour au HI Boston Hostel, je me souviens avoir croisé des étudiants, des seniors et même des familles avec de jeunes enfants.

Les espaces communs des auberges de jeunesse permettent de faire de belles rencontres (même si, lors de mes derniers voyages, j’ai constaté que de plus en plus de voyageurs restaient le nez collé à leur téléphone et n’étaient, de fait, pas très disponibles pour échanger). La cuisine commune, le salon, ou, pour certaines auberges de jeunesse, la terrasse, la salle de sport et même la salle de cinéma sont autant de lieux où vous pourrez facilement échanger avec d’autres voyageurs. Autre avantage : les auberges de jeunesse proposent souvent des activités gratuites où vous pourrez sympathiser avec d’autres participants. Visites guidées de la ville, tournées des bars, cours de yoga… Il y en a pour tous les goûts !

Le Bed & Breakfast permet d’allier confort et plongée dans la vie locale. Qui, mieux qu’un habitant de la ville que vous visitez, pourra vous donner des tuyaux sur les endroits à ne pas rater ? N’hésitez pas à questionner vos hôtes sur leurs adresses favorites et à échanger sur votre programme durant votre séjour. Ils se feront un plaisir de vous aiguiller et n’hésiteront pas à partager leurs bons plans : lieux inconnus des touristes, horaires les plus adaptés à certaines visites, restos typiques et bon marché… Les échanges se créent facilement autour d’un bon petit-déjeuner et séjourner dans un Bed & Breakfast permet bien souvent de créer de belles amitiés !

Yadoya Manjiro
Petite photo-souvenir avec l'adorable propriétaire du ryokan où j'ai dormi à Kyoto !

Participer à des visites guidées

Visiter la ville en discutant avec des touristes venus du monde entier ? Participer à des visites guidées permet de faire d’une pierre deux coups. Et sans dépenser un centime ! Si vous séjournez en auberge de jeunesse, pensez à jeter un coup d’œil au tableau regroupant les activités de la semaine.

Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j’ai participé à deux visites guidées proposées par le HI Boston Hostel : l’une était consacrée à la découverte du centre-ville historique tandis que l’autre avait lieu à l’université d’Harvard. A chaque fois, j’ai pu lier connaissance avec des voyageurs aux profils divers : un ingénieur Indien installé en Norvège, une jeune Argentine adepte des voyages en solitaire, un couple d’Argentins séjournant pour la première fois aux Etats-Unis, un étudiant mexicain inscrit à l’université de Boston… Après la visite d’Harvard, le petit groupe de Sud-Américains m’a proposé de venir visiter avec eux le stade de l’université. Nous avons passé une agréable après-midi et j’ai pu découvrir des endroits que je n’aurais jamais visités sans eux !

A Melbourne, j’ai participé au « Greeter Service Tour ». Le concept ? Parcourir la ville avec un habitant de Melbourne pendant deux à quatre heures. Tous les guides sont des bénévoles qui, bien évidemment, connaissent la ville comme leur poche. Autre bon plan : les « I’m Free Tours », proposés à Melbourne et à Sydney. Là encore, vous pourrez découvrir les principaux points d’intérêt des villes pour pratiquement rien (un pourboire est quand même recommandé à la fin de la visite !).

graffitis Melbourne
Sillonner les "lanes" de Melbourne en compagnie d'un guide local.

S’inscrire à des ateliers

Assister à un spectacle de geishas, prendre un cours de danse « Nihon-Buyô », approcher des sumos (retraités, mais, c’est mieux que rien !)… Autant d’activités auxquelles j’ai pu participer gratuitement à Tokyo. L’occasion pour moi d’échanger avec des Japonais parlant parfaitement anglais tout en découvrant la culture locale. C’est en parcourant le « Asakusa Culture Tourist Information Center » (l’office de tourisme d’Asakusa) que j’ai découvert l’existence de ces activités. Après m’être inscrite auprès des agents de l’office de tourisme, j’ai pu admirer un spectacle de geishas, suivi d’explications sur la gestuelle et l’histoire racontée par la chorégraphie…
 
Mais mon atelier préféré restera le cours de danse « Nihon-Buyô ». Après une petite démonstration menée par des danseurs professionnels, chaque participant s’applique à reproduire la petite chorégraphie dispensée par le professeur. Enfin, en me promenant dans le « quartier des sumos », je suis tombée, par hasard, sur le « Ryogoku Edo Noren ». Le bâtiment regroupe des restaurants, de petites boutiques de souvenirs et… un mini « dohyô » (cercle) pouvant accueillir des combats de sumo. Attention ! Il ne s’agit absolument pas de lutte traditionnelle mais bien de petites exhibitions destinées aux touristes.

Rejoindre des associations ou des « meet-up »

Avant de m’envoler pour l’Australie, je n’avais jamais entendu parler de l’application « Meetup ». Lorsque j’ai décidé de passer les fêtes de fin d’année au pays des kangourous, j’ai commencé à effectuer des recherches pour ne pas avoir à passer Noël ou la Saint-Sylvestre toute seule. C’est comme cela que j’ai découvert l’existence de cette application permettant de participer à des événements en fonction de ses centres d’intérêt. J’ai rapidement rejoint le groupe « Explore Melbourne » et je ne l’ai pas regretté ! Le créateur du groupe organise de nombreux événements chaque semaine qui peuvent rassembler plusieurs centaines de personnes. Etudiants, touristes, nouveaux venus en Australie… J’ai pu rencontrer des personnes venues du monde entier !

Grâce à « Explore Melbourne », j’ai rencontré des amis avec qui j’ai gardé contact et que j’espère avoir l’occasion de retrouver, un jour ou l’autre ! Le « Melbourne Social Club » organise également des activités accessibles aux non-adhérents. J’avais d’abord pensé participer à leur pique-nique organisé pour le déjeuner de Noël mais j’ai finalement préféré participer à la visite de Bendigo organisée par « Explore Melbourne ». Sur Facebook, de nombreux groupes (« Australia Backpackers », « Melbourne Backpackers »…) vous permettront de rencontrer du monde pour sortir ou échanger.

Aller vers les autres

Ca peut sembler un peu « bébête » ou évident mais pourtant… N’hésitez pas à aller vers les autre ! Souriez, engagez la conversation, posez des questions… La plupart du temps, les personnes croisées feront de leur mieux pour vous aider ou vous renseigner. Une fois la glace brisée, elles auront sans doute envie d’en savoir un peu plus sur vous, sur l’endroit d’où vous venez, sur les raisons qui vous poussent à venir visiter leur pays.

Votre avantage ? En voyageant seul, les gens viendront plus facilement à vous. Je garde un très bon souvenir de ma visite au sanctuaire Fushimi-Inari, à Kyoto. J’ai effectué l’ascension jusqu’au sommet de la montagne avec un Japonais originaire d’Osaka et une mère de famille japonaise, accompagnée de son petit garçon. Quand je leur ai expliqué (avec quelques difficultés) que j’étais française, nous avons terminé la randonnée en chantant « Aux Champs-Elysées » ! Des petits moments tout simples qui font, finalement, tout le charme d’un voyage…

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.